J’arrête de râler : mon avis

Avis
comment arrêter de râler fuck your bad vibes

Hello ! Déjà en août, c’est fou comme le temps passe vite. C’en est presque déprimant. Mais c’est aussi excitant car c’est bientôt la rentrée ! Je ne vais plus à l’école mais le mois de septembre m’évoque toujours le renouveau. Je trouve que c’est un excellent mois pour repartir du bon pied (et pourquoi pas de prendre de nouvelles habitudes 😉 )

Si vous connaissiez Fuck your bad vibes avant sa migration, vous avez sûrement du vous rendre compte que le contenu de l’ancien blog avait du mal à migrer vers la nouvelle plateforme. Je pensais que cela se ferait rapidement mais en fait, c’est ultra long. Presque aussi long que d’écrire un article ! Alors, je prends mon temps et je vous propose les vieux articles au fur et à mesure (non, je n’essaye pas de vous refiler des vieux trucs moisis).

Bien entendu, certains posts ne migreront pas ici car je ne les trouve plus si intéressants. Certains auront le droit à une petite retouche mais rien qui ne change leur sens premier.

Aujourd’hui, j’ai décidé de republier l’avis que j’avais donné pour le livre de Christine Lewicki « J’arrête de râler ». C’est un livre de développement personnel et de ceux que j’ai lu, c’est probablement celui qui m’a le plus plu car je l’ai lu deux fois.

 

couverture de j'arrête de râler fuck your bad vibes

 

J’ai découvert ce livre il y a un peu près un an et j’avais adoré ! Alors attention, je partage avec vous ce que j’en ai passé dans cet article fleuve (préparez le thé et les petits gâteaux). Si vous avez la flemme de lire ce que je vous explique de long en large, vous pouvez sauter directement au dernier paragraphe (je vous en voudrais mais bon…).

 

Arrêter de râler. Mais pourquoi donc, pourquoi faire ?

Saviez-vous que la râlerie est surtout culturelle ? On râle beaucoup plus aux États-Unis qu’à Bali par exemple. Si vous connaissez des personnes qui ont voyagé dans certaines parties de l’Asie (la Thaïlande ou autres), elles vous auront sûrement parlé de la gentillesse des gens, de leurs sourires, etc. Mettez face à cela la légendaire râlerie française, vous comprendrez sûrement ce que je veux dire…C’est pour cela qu’il est assez difficile de ne pas râler : si vous voyez tout le monde le faire, cela devient un comportement acceptable. Râler est une habitude profondément ancrée.

Râler est une habitude profondément et culturellement ancrée. Click To Tweet

Qu’est ce que cela signifie de râler ? Quand on râle, on exprime un besoin : on râle parce qu’on veut de l’aide pour les tâches ménagères, on râle parce qu’on va être en retard à cause de la SNCF, etc.

Prenons un exemple : votre connexion Internet ne marche pas très bien. Vous râlez contre votre fournisseur d’accès : « ça ne marche pas, c’est nul, j’en ai besoin pour travailler… ».

Mettons-nous un instant à la place de la personne qui va recevoir votre râlerie : non seulement elle a en face d’elle une personne très remontée, pas forcément agréable et en plus, elle n’a pas les informations nécessaires pour vous aider. Avoir une personne mécontente, qui vous agresse d’entrée de jeu ne donne pas, en plus, l’envie d’aider.

 

je râle avec downton abbey fuck your bad vibes

Moi quand je râle.

 

Alors que si nous contactions avec politesse ce fournisseur d’accès en lui expliquant que nous rencontrons un problème, que nous sommes fort embêté car nous avons un besoin urgent de cette connexion et que nous lui demandons comment elle peut nous aider, on est sûr d’avoir une réponse plus positive. Si l’on suit cet exemple, râler nous amène dans un débat stérile et ne nous fournit aucune solution efficace.

Parfois, certaines personnes diront : « Râler, ça peut être utile » . Attention, ne confondons pas râler et s’insurger. Et surtout, soyons honnête avec nous-mêmes : est-ce que râler après vos enfants/votre amoureux.se/votre chat parce qu’il n’a pas fait la vaisselle va débloquer la situation ? Ne serait-ce pas plus efficace de dire à la personne que vous n’êtes pas très heureux qu’elle n’ait pas fait la vaisselle et lui demander de le faire ? Parce que crier ou ruminer dans son coin n’est agréable pour personne (et surtout pas pour vous, soyons un peu égoïstes).

 

Les pensées sont un cercle vicieux

Les pensées que nous avons se répètent sans cesse. Quand on sait ça, on commence à se dire, qu’effectivement, il serait plus intéressant d’avoir moins de pensées négatives. Je suis personnellement la première à râler quand mon bus est en retard. Sur le coup, cela soulage mais au final, ça empoisonne l’esprit. On retiendra de la journée que le bus était en retard et que c’était désagréable.

Si nous mettons à profit ce temps d’attente pour faire autre chose (acheter un croissant par exemple), on transforme ce moment pas terrible en quelque chose de plus agréable.

Voir la vie en rose et arrêter de râler est simplement une question de perspective. Click To Tweet

Je ne suis pas une personne forcément très positive et qui voit toujours la vie du bon côté mais je me soigne. Tout simplement parce qu’être négatif est quelque chose que l’on fait naturellement et qui, au final, ne m’a rien apporté. Je ne dis pas que c’est facile car c’est un travail quotidien, de chaque minute même mais on est la seule personne à décider de ce qu’on va faire face à une situation négative : râler, crouler sous les problèmes ou bien essayer de trouver une solution et laisser passer car ce n’est finalement pas bien grave.

 

Un système simple et efficace pour arrêter de râler

Comment faire alors pour arrêter de râler ?

Christine Lewicki nous propose une procédure simple : exprimer clairement son besoin (parler dans sa barbe en faisant des petits bruits de gorge ne va pas aider à faire comprendre à l’autre qu’on voudrait qu’il ailler cherche le colis à la Poste), patienter, changer de point de vue (amener soi-même le colis, on n’est jamais mieux servi que par soi-même), etc. Tout sauf râler. Les solutions sont multiples.

Christine (je fais comme si je la connaissais, hé oui) a mis en place un système très simple (en tout cas dans sa procédure) : si on arrive à arrêter de râler pendant 21 jours, notre cerveau est rééduqué et il nous sera désormais beaucoup plus naturel de ne pas râler.

Pour ce faire, on met un bracelet à notre poignet (de préférence élastique, vous allez vite comprendre pourquoi). Dès que l’on râle, on change le bracelet de poignet et on recommence le challenge dès le début (même si vous étiez au jour 20, oui oui). Les premiers jours, on prend conscience du fait que l’on râle vraiment beaucoup et qu’on n’arrête pas de changer son bracelet de poignet (l’auteure parle d’ailleurs de danse du bracelet).

 

infographie pour arrêter de râler fuck your bad vibes

 

Christine Lewicki a mis un peu plus de 2 mois à compléter son challenge. Certains mettent un an. Cela dépend vraiment de soi et c’est intéressant de voir que vous avez le droit de vous rater.

Pour aider, l’auteure propose de tenir un journal de râlerie où noter ses frustrations du jour, sa façon de réagir et les solutions que l’on a trouvé. Cela permet de voir les problèmes qui reviennent sans arrêt : si vous êtes systématiquement en retard le matin et que ça vous agace, il y a sûrement un moyen de remédier à cela : revoir son organisation, se lever plus tôt ou tout simplement assumer d’être en retard ah ah.

 

Ce que j’ai pensé du livre

Ce que j’ai aimé dans ce livre, c’est qu’il ne juge pas le fait de râler car l’auteure est aussi passée par là. Encore aujourd’hui, elle n’est pas parfaite mais elle fait de son mieux pour être plus positive. Elle propose de découvrir son expérience, ce que ça a changé chez elle (et pour une fois, pas de chose spectaculaire comme dans The Miracle Morning). Elle donne des informations claires et pratiques : si vous n’êtes pas fan des livres théoriques où on vous dit de faire comme ça mais sans vous donner de pistes, c’est le livre qu’il vous faut.

« J’arrête de râler » est un livre très agréable à lire, qui n’ennuie jamais et reste accessible. Il ne vous fait pas de grandes promesses et vous explique que cela dépend de votre volonté et que cela ne sera pas simple. Honnête, drôle et instructif, je vous recommande cet ouvrage chaudement !

Christine Lewicki a écrit un autre livre qui s’intitule Wake Up! Je n’ai pas encore eu le temps de le lire mais promis, je reviens vers vous quand ça sera le cas.

♥ Pour aller plus loin :

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Previous Story
Next Story

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Les Flâneuses
    31 juillet 2016 at 15 h 48 min

    Super idée, ce challenge ! Est-ce que je vais oser m’y mettre ? Parce que justement le fait de râler m’aide parfois à me sentir vraiment mieux, à relativiser… Mais c’est très paradoxal ^^’

    En tout cas j’y pense, je m’y mettrais peut-être 🙂

    • Reply
      Jessica
      9 août 2016 at 15 h 33 min

      Au pire, tu peux toujours essayer sur une courte période et voir si tu notes des changements. Mais c’est vrai que c’est pas évident…

    Leave a Reply