Vivre avec la procrastination

Astuces
Vivre avec la procrastination sur Fuck your bad vibes

Me revoici pour un article qui colle bien à l’actualité pour une fois !

Pour la majorité des personnes, le mois de septembre sonne avec « reprise » : reprise des études, du travail, des cours de sport et autres activités. C’est un peu comme une répétition générale avant janvier et sa traditionnelle liste de bonnes résolutions. On est plein de bonnes intentions mais sans compter sur…la procrastination.

La procrastination, qu’est-ce que c’est ?

Si vous n’avez jamais entendu parler de la procrastination, félicitations, vous vivez dans une grotte. Plus sérieusement, la procrastination désigne le fait de remettre au lendemain ce qu’on peut faire aujourd’hui. Ou au surlendemain, etc. Cela touche tous les domaines de la vie. Procrastiner, ça peut être repousser la montagne de vaisselle à faire, les démarches administratives ou autre activité pas super folichonne.

 

La procrastination est partout sauf sur Fuck your bad vibes

 

Je pense que tout le monde procrastine mais à des niveaux différents. On a toutes et tous trouvé beaucoup mieux à faire que de ranger le linge : faire une partie de jeux vidéo, jouer avec le chat,…On a tendance à privilégier les activités qui procurent un plaisir immédiat mais pas toujours. Parfois, on pousse le vice jusqu’à faire une autre activité prenante pour en éviter une autre. L’exemple qui revient souvent est celui de l’étudiant•e qui se met à ranger sa chambre pour ne pas réviser.

La procrastination : cocktail d'ennui, de perfection et de non-vaisselle. Click To Tweet

Il y a eu des études sur la procrastination et d’après leurs résultats, cela est souvent lié à l’ennui, à l’anxiété, à l’apathie ou encore à une faible estime de soi (merci Wikipédia).

Quels sont les impacts de la procrastination ?

Je suis une très grosse procrastineuse. Je remets très souvent les tâches ingrates à plus tard. Paradoxalement, je travaille comme une dingue quand je suis en entreprise au point de pas prendre de pauses (et de m’ennuyer parce que j’ai plus de boulot). Mais à la maison, c’est compliqué.

J’ai du mal avec tout ce qui est tâche ménagères même si elles sont très courtes. Je préfère souvent poser la petite cuillère que j’ai utilisée dans l’évier et ne pas la laver tout de suite. Ensuite, je me retrouve avec un tas de vaisselle. Ces tâches m’ennuient, non pas qu’elles soient sans intérêt mais elles ne me procurent pas de plaisir.

Je procrastine aussi beaucoup avec les nouvelles activités. En ce moment, j’ai très envie de me remettre à l’aquarelle. Je n’ai jamais eu un niveau potable et je sais que le résultat d’une aquarelle va me décevoir. Je vais trouver ça horriblement moche et ça va me frustrer. Depuis des années, je suis incapable de dessiner car dès que je fais un trait, je trouve que c’est de la merde. C’est vraiment bête pour une ancienne « arts appliqués »…

Globalement, ma procrastination est teintée de perfectionnisme et d’ennui et joue énormément sur ma productivité. Je suis persuadée que si je faisais un peu plus, si j’allais contre mes pulsions de plaisir immédiat, je pourrais faire de grandes choses (genre Maîtresse du monde et tout).

La procrastination venue du perfectionnisme peut devenir vraiment gênante. Click To Tweet

En revanche, je pense que la procrastination a du bon. Actuellement, nous sommes dans une société 100% productivité : tu dois te lever à 5h du matin pour méditer, faire du sport et prendre un petit déjeuner healthy (coucou Morning Miracle), puis tu travailles comme un fou, tu fais du sport encore, des activités culturelles, tu sors le soir pour des afters (ça se dit encore ou c’est trop 00’s ?), pour réseauter, pour voir des amis. Puis le week-end, tu brunches et tu pars à la chasse au Pokémon en prenant des photos pour alimenter ton Instagram.

Je me moque gentiment mais en vrai, ce sont un des modèles de vie que l’on nous présente comme des réussites. Je ne dis pas que c’est pas bien, je dis juste que ça peut ne pas convenir à tous•tes. Procrastiner, ne rien faire, ça a aussi du bon.

Quels solutions pour moins procrastiner ?

Je teste moi-même quelques astuces pour essayer de m’activer un peu plus. Globalement, j’ai découvert des choses sympathiques et qui fonctionnent plutôt bien (j’ai pas dit que c’était miraculeux, attention).

{ 1 } L’application Shuffle my life

J’ai découvert cette app il y a un bout de temps. Je l’avais mise de côté sans jamais la tester. C’est chose faite maintenant.

Cette application vous propose des activités qui touchent à tous les domaines de la vie de façon aléatoire. Je ne pense pas que ce soit une solution pour traiter la procrastination de façon profonde mais ça aide au quotidien. Je trouve qu’elle est parfaite quand on décide de se bouger, là, maintenant, tout de suite ou quand on s’ennuie.

Dans les activités proposées, vous allez avoir des petites tâches liées au sport (faire 5 squats, jogger sur place pendant 30 secondes,…), à la culture (dessiner rapidement, regarder des vidéos sur tel sujet,…) et bien d’autres encore. C’est franchement varié, la plupart des propositions sont gratuites et quand elles coûtent un prix, cela est indiqué.

Je trouve le concept sympa même si plus de gamification l’aurait rendue plus agréable. Vous faites une tâche, vous gagnez des points et c’est tout. La procrastineuse que je suis a besoin  de plus.

{ 2 } Définir une to-do list

Je vous vois venir avec vos gros sabots : c’est ultra banal comme conseil. Oui mais ça marche. Je n’ai pas la prétention de détenir la Vérité Absolue mais je remarque que depuis que j’écris une liste, je fais plus de choses.

J’ai démarré il y a quelques mois un bullet journal. Pour être honnête, il n’en est finalement pas un : c’est très laid et je ne m’en sers pas quotidiennement. J’y note quelques listes importantes car ma mémoire est parfois défaillante (oh une rime !) mais surtout ma to-do list de la semaine. Depuis que je le fais, je suis plus productive et j’oublie moins de choses importantes. Je crois que le fait de noter chaque jour ce que je dois faire et de barrer au fur et à mesure participe à l’envie de battre la procrastination.

Mes conseils pour que cela fonctionne :

  • Toujours noter sur quelque chose de pérenne (oubliez les Post-it). Je rajouterais même de tangible : les to-do lists virtuelles (sur une application par exemple), c’est bien mais ça présente le risque de se retrouver sur l’ordinateur à scroller sur Facebook ou sur votre téléphone à jouer à Farmville2 (ne me jugez pas, merci). N’hésitez pas à tester et soyez impitoyable si vous voyez que le virtuel vous déconcentre.
  • Établissez vos priorités. C’est essentiel pour que ça marche parce que les listes de choses à faire avec 40 entrées, ce n’est pas humainement possible à terminer. Je choisis toujours 3 tâches à faire pour la journée qui me paraissent importantes. Cela paraît peu mais quand on procrastine sévère, 3 tâches finies, c’est mieux que zéro. Si vraiment, vous vous sentez obligé•es de faire une liste longue comme un jour sans pain, faites-le mais choisissez dedans les 3 choses à faire en priorité. Si vous faites plus, tant mieux.

{ 3 } Tout noter

C’est un peu redondant avec le conseil d’au-dessus mais je le redis : gardez des traces. Je note de plus en plus des tâches qui paraissent un peu secondaires sur mon Google Agenda : aller faire les courses ou sortir un truc du congélateur. Souvent, je sais que je ne vais pas oublier mais cela permet de définir des plages horaires et de voir que les choses mettent du temps à être faites. Cela évite aussi d’essayer de rentrer 48h d’activités sur une journée de 24h.

Cela fonctionne aussi quand vous devez faire une tâche un peu floue comme « Appeler machin ». Mettez votre tâche à une heure bien définie et il y a plus de chance qu’elle soit faite.

Bien entendu, cela marche aussi sur un agenda papier ou autre.

{ 4 } La pleine conscience

Et ça faisait longtemps que l’on avait pas parlé de pleine conscience ! C’est en tout cas un outil efficace même s’il est difficile à appréhender.

Dans son livre Le Miracle de la pleine conscience, Thich Nhat Hanh explique que quand on fait la vaisselle, il faut faire la vaisselle. Merci Captain Obvious, seriez-vous tenter de dire. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il faut se concentrer sur la tâche et ne pas avoir l’esprit ailleurs : quand vous faites la vaisselle, ne pensez pas au moment où il faudra la ranger ou à ce que vous allez faire quand vous aurez fini. Soyez entièrement dévoué•e à ce que vous faites.

On est évidemment tellement habitué•es à vivre à toute allure et à se dépêcher pour les tâches qui nous paraissent sans intérêt que c’est un exercice difficile. Cela demande évidemment un apprentissage mais essayez : quand vous faites la vaisselle (ou toute autre activité), observez comment les assiettes redeviennent propres, comment l’eau coule et est absorbée par l’éponge. Entendez le bruit de l’eau et de l’éponge sur les verres. Sentez l’odeur de votre liquide vaisselle. Je dirais « vivez votre activité ». Vous vous en rendrez compte que hop, cette tâche si ingrate s’est finie sans que vous y pensiez et que finalement, ça n’était pas si chiant.

Apprendre à vivre avec la procrastination

Finalement, le plus important est de trouver un équilibre. Personnellement, je souhaite faire plus de choses alors c’est pour cela que j’essaye de moins procrastiner. D’autres, au contraire, font tellement qu’ils auraient bien besoin de repos et de procrastiner.

Procrastiner : faire ou ne pas faire, telle est la question. Click To Tweet

Demandez-vous ce que vous souhaitez et ce qui vous rend heureux•ses et aussi, si vous votre procrastination vous gêne, essayez de savoir pourquoi.

Je sais que faire plus d’activités ayant un sens me fait du bien mais que trop en faire m’angoisse donc à moi d’ajuster. Pour les raisons, je suis en ce moment le challenge du livre J’arrête de procrastiner, 21 jours pour changer de Diane Ballonad Rolland et j’apprends beaucoup sur moi. Je me rends compte que le perfectionnisme fait vraiment partie de mon attitude alors que je trouve que je ne le suis pas. Pourtant, en répondant aux questions et en faisant les activités, je vois que j’ai peur de l’échec  et qu’il m’empêche d’accéder à de jolies choses. Je sens que je sonne comme le magazine ELLE mais en vrai, c’est un ouvrage intéressant que je vous conseille. Je vous en reparlerai quand j’aurais fini le challenge.

♥ Pour aller plus loin :

  • Les astuces du site TerraFemina pour lutter contre la procrastination
  • L’article tout doux de Pauline d’Un Invincible été qui parle du fait d’aimer rester chez soi
  • Le site de Diane Ballonad Rolland, auteure du livre J’arrête de procrastiner.

Êtes-vous un•e procrastineur•se ? Comment vivez-vous avec ? Quels sont vos conseils pour lutter contre la procrastination?

 

 

 

Enregistrer

Previous Story
Next Story

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Yay Monday ! #3 - Fuck your bad vibes
    17 octobre 2016 at 14 h 01 min

    […] Je souhaite me débarrasser de cette manie car ça m’abîme les yeux et ça me fait perdre un temps qui pourrait être utilisé autrement. […]

  • Leave a Reply