Le yoga Instagram VS le yoga IRL

Yoga

Me voilà de retour avec l’article que j’avais promis il y a deux semaines au moins sur le yoga. J’ai eu énormément de mal à l’écrire. J’avais l’impression d’être méchante dans mes mots. Évidemment, je ne voulais pas que se soit le cas car je voulais juste partager une simple opinion.

Je fais du kundalini yoga depuis quelques mois maintenant. Ma pratique n’est pas régulière mais j’ai énormément appris. Je vois surtout d’un autre œil tous ces articles sur le yoga. Je suis devenue plus critique et plus distante envers ce yoga que j’appelle le « yoga Instagram ».

Par « yoga Instagram », j’entends le yoga que l’on voit dans la presse et surtout sur les réseaux sociaux.

Le yoga Instagram : une construction sociale

Je pense que nous sommes nombreux•se à suivre sur les réseaux sociaux (et surtout sur Instagram) des pratiquant•es de yoga.

Au fur et à mesure que j’allais à mes cours de kundalini, je ne me retrouvais plus du tout dans ces clichés. J’ai commencé à me rendre compte que le yoga que je vois et celui que je pratique étaient complètement différents.

Un yoga glamour

Le premier truc qui différencie le yoga IRL du yoga Instagram, c’est son potentiel glamour.

Le yoga sur Instagram est beaucoup plus glamour que celui de la vraie vie. Click To Tweet

Je like avec plaisir les photos où des filles font des postures dans des décors de rêve : plage, cascade, jardin exotique, etc. Soyons honnêtes 10 secondes : ce ne sont généralement pas dans ces conditions que l’on fera nos séances. Je pratique dans une toute petite salle, agréable mais loin du cliché de la salle géante tendance loft que l’on peut voir sur les réseaux sociaux.

 

Le yoga sur la plage : utopie glamour ?

 

Je ne pratique pas non plus sur le sable chaud des plages californiennes mais sur un tapis Décathlon qui couine.

La réalité du yoga : tapis qui couine, fringues confortables et mini-salle. Click To Tweet

Bien sûr, il est possible de pratiquer dans de très belles salles ou dans des décors originaux mais ça reste peu fréquent. A Brest, une prof organise quelques fois des séances de yoga sur la plage de Brest mais on est loin du soleil, de la mer bleue et des tenues sexy. On est plutôt dans le « J’espère qu’il ne va pas pleuvoir, on est vachement nombreuses pour un si petit morceau de plage et j’ai pris un polaire au cas où« .

Un yoga unique

Le yoga Instagram est un yoga au singulier. On devrait d’ailleurs parler de yoga au pluriel car il en existe des très différents. Le kundalini yoga est différent du yin yoga, lui-même différent du bikram.

Pourtant, le yoga que l’on retrouve sur les réseaux sociaux est très souvent le même (généralement du hatha yoga). Cela laisse croire qu’il n’y a qu’une façon de pratiquer. Même si on finit par préférer un yoga à un autre, il faut garder en tête qu’on ne pratique pas LE yoga mais UN yoga.

Cela amène aussi à une pratique énormément basée sur les asanas (les postures). Saviez-vous que les postures ne sont qu’une des 8 branches du yoga ? (je l’ai appris hier, je me la pète un peu). Je n’en connais que peu mais il existe le pranayama qui est une sorte de yoga de la respiration ou le mudra qui est un travail des doigts. Ce n’est pas ce que l’on voit sur Internet. Pour l’anecdote, j’ai voulu suivre en début d’année le challenge Yoga Revolution d’Adriene (une yogini américaine très tendance) et j’ai tenu 15 jours. J’ai trouvé que c’était très répétitif et je n’ai pas ressenti la même richesse que lors de mes cours de kundalini. Les postures étaient très souvent les mêmes.

 

Tara Stiles

Tara Stiles

 

On peut aussi parler des tenues. Qui dit yoga dit souvent « brassière et legging ». Je fantasme beaucoup sur les leggings colorés ou imprimés cosmos mais je ne peux pas en porter. Au kundalini, on porte traditionnellement du blanc. Donc adieu les couleurs fluo. Et même sans ça, tout le monde ne porte pas la même tenue que des yoginis célèbres comme Tara Stiles. Souvent, ce sont des vêtements confortables et pas très tendance.

Le yoga Instagram promeut aussi un certain type de pratiquant : femme, jeune, blanche, mince et musclée. Ce n’est pas du tout ce que l’on voit dans les salles de la vraie vie.

Un yoga de performance

Quand j’ai voulu faire le Yoga Revolution, le rythme était souvent le même : postures enchaînées rapidement et qui devaient être tenues le plus longtemps possible. La partie « mentale » était présente mais très effacée.

Le yoga est évidemment « physique » mais aussi et surtout un chemin mental. Il faut se concentrer et souvent, on apprend beaucoup de choses sur soi ou autre pendant la pratique.

Je ne retrouve que trop peu ce travail sur soi quand je vois de jolies photos sur Machine qui pose en posture du guerrier sur la plage.

Le yoga sur Internet est devenu une discipline de la performance. Click To Tweet

D’ailleurs, cette recherche de performance a un impact fort sur les postures choisies. On retrouve beaucoup de postures qui sont d’un niveau élevé : poirier, posture du corbeau, etc. On ne voit jamais la posture de l’enfant par exemple qui est pourtant très utilisée dans les cours (et beaucouuup plus facile). C’est comme ça que le yoga est devenu une sorte de fitness avec des articles comme « Ces 5 minutes de yoga pour maigrir des cuisses ». (N.B : ça ne marche pas)

 

Posture niveau avancé au yoga

Posture niveau avancé

 

Psoture de l'enfant

Posture de l’enfant (dans un loft indus avec des bougies, oui bon…)

 

Les cours de yoga, c’est essayer de faire une posture en respectant son corps. Ne pas se faire mal pour pouvoir tenir le plus longtemps possible. Il y a des tas de choses que je ne sais pas faire comme toucher mes doigts de pieds. Il y a des choses que je ne pourrai sûrement jamais faire comme cette fameuse posture du corbeau car mon poignet gauche est trop fragile. Mais j’ai compris que c’était normal, que ça n’était pas un concours et que j’étais là pour faire du mieux que je peux.

Prendre du recul

L’objectif de cet article n’est pas de remettre en cause les filles qui font des jolies postures sur Instagram. Elles sont leur propre parcours et expérience et elles ont bossé dur pour y arriver. Mais de prendre du recul sur tout ça.

Le yoga est un cheminement personnel. Il est possible que vous ne perdiez pas de poids, que vous ne soyez pas beaucoup plus souple avec vos séances (par contre, vous serez à priori plus musclé•e je confirme).

Votre expérience sera probablement très différente de ce que vous avez vu dans les magazines. C’est normal.

Je crois qu’il faut apprécier ces filles pour ces postures difficiles ou non, les féliciter parce qu’elles le méritent et faire attention à ce que vous lisez dans certains magazines qui ont une vision étriquée du yoga 😉 .

 

♥ Pour aller plus loin :

  • Non, le yoga n’est pas qu’une affaire de femme blanche et riche avec ces comptes Instagram de yoginis noires
  • Le blog de Mathilde qui parle de yoga avec honnêteté
  • Pour le fun, Jessie est une américaine qui fait du yoga en tenue de travail et…sur son lieu de travail (même dans un parking glauque !)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Previous Story
Next Story

4 Comments

  • Reply
    Ciel d'Orage
    17 mars 2017 at 15 h 34 min

    J’ai arrêté le yoga mais j’en ai fait avec ma mère pendant plusieurs années (ma mère a été prof de yoga, mais je suis bien incapable de dire duquel précisément, la honte). On était dans une petite salle des fêtes de campagne, loin des plages et des décors féériques. A force de voir des comptes Instagram de yoga avec des gens qui font des poses incroyables dans des endroits merveilleux, cela me décourage quand j’ai envie de m’y remettre. Du coup ça m’a fait du bien de lire ton article !

    Merci pour la découverte de Jessie qui me fait bien rire 😉 !

    • Reply
      Jessica
      17 mars 2017 at 18 h 06 min

      Oh ton message me fait plaisir ! Ça doit être chouette d’avoir une maman prof de yoga.
      Je dois avouer que ma prof y est beaucoup dans mon lâcher-prise. Elle est très bienveillante et nous félicite à chaque fois, même si on a clairement du mal.
      Je culpabilise beaucoup moins quand je vois que je suis la seule de la salle à ne pas réussir à toucher ni mes pieds ni mes chevilles mais mes genoux. Même si parfois, je me dis que c’est parce que j’ai les bras plus courts (on trouve les excuses que l’on peut ah ah).

  • Reply
    Navet Sauvage
    17 mars 2017 at 16 h 27 min

    Ah j’aime que ton tapis couine! Vive le yoga « réel ». Je partage complètement ton avis sur le yoga glamour et frime, c’est dommage de le vider de sa substance spirituelle, curative, méditative, etc. On en fait un bien de consommation (acheter sa panoplie, frimer sur Instagram et basta).
    En fait, c’est un peu comme les couples ou les voyages: on en vient à aimer l’image que l’on a de soi sur les réseaux sociaux plutôt que la réalité nuancée, parfois modeste mais bien palpable de la chose. On en vient à désirer des choses, des relations, des activité uniquement pour se sentir désirable dans les yeux de l’autre. Je sais que c’est d’une banalité sans nom ce que j’écris là mais vivre sa vie plutôt que la regarder et la juger sans arrêt pourrait être une piste.

    De mon coté, j’aime le pratiquer seule, anarchiquement avec un guide à l’écran ou pas. En short ou en bas de pyjama. Une fois par semaine, par mois, devant une youtubeuse beauté, n’importe comment. Et ça me va, c’est un moment de liberté.

    • Reply
      Jessica
      17 mars 2017 at 18 h 09 min

      J’avais hâte d’avoir ton avis ! Je me souviens avoir vu quelqu’un qui disait comme toi que le yoga, ça n’était pas une affaire de vêtements.
      J’ai aussi la même pensée parfois quand je prends un plat en photo pour Instagram. Ça me fait plaisir mais je me dis que je profiterais mieux si je le concentrais sur le moment présent. Mais on en est tous là, à vouloir prendre la plus jolie photo même pour un truc ultra-basique. Ça fait réfléchir.

    Leave a Reply